En musant…


En musant…

Catane

Enfin des nouvelles, une tablette qui ne voulait plus s’allumer et nous voilà bien dans l’embarras…Sans trop y croire, nous poussons la porte d’une petite boutique et là miracle, en cinq minutes, le problème était détecté, traité et tout ça avec le sourire!
Donc reprenons.

Un dicton populaire l’affirme:  »lorsque le volcan éternue, Catane tremble ». Détruite 9 fois, comme le phénix, elle renaît des cendres que l’Etna son voisin s’obstine à lui expédier de temps en temps. Ne pas oublier que ce géant, patrie des cyclopes et atelier de Vulcain est un des plus actifs et des plus dangereux de la planète. Aujourd’hui nous n’avons pas à nous inquiéter, doucement enneigé, il crache une fumée blanche, il paraît que c’est bon signe.

Nous avons déambulé dans les rues pavées de lave noire, renonçant bien vite à nous arrêter devant chaque église ou monastère, la liste en est longue comme un jour sans pain. Ici Dieu vous tend les bras à chaque coin de rue. Mais sur la piazza du Duomo, nous ne pouvions éviter de rentrer dans la cathédrale, bâtie en souvenir de Sainte Agathe, martyre du 3ème siècle. Ne voulant pas céder aux avances d’un méchant romain, celui-ci lui a tranché les seins…Mais il fallait bien un peu de profane pour honorer la mémoie de cette héroïne.
Aujourd’hui , on se régale des  » minuzzadi san’agata », douceurs suggestives , un peu trop sucrées et écoeurantes pour moi!
Dans la cathédrale, Bellini le compositeur de  »la Norma » et natif de Catane y a trouvé le repos éternel.
Et là aussi , Dieu nous tend les bras mais cette fois de manière plus concrète. Au fond de la nef, un tas impressionnant de matelas: pour les sans logis, les migrants? Nous n’avons pas osé demander.

.)

A Catane, le matin, nous ne pouvions pas éviter le marché aux poissons, un des plus beaux de Sicile, un régal pour les yeux, les narines et les oreilles.Des bacs, des seaux, des gamelles pleines de bestioles qui grouillent et s’agitent. Ça dégouline de partout, ça coule. L’odeur de la marée emplit les narines. On s’harangue, on s’invective, on se hèle, on essaie de convaincre le chaland. L’argent passe de mains en mains et s’entasse dans de simples sacs en plastique. Et là, on déroge à nos bonnes résolutions, alors ce sera un petit resto pour goûter à ces bonnes choses au milieu des pêcheurs aux trognes incroyables qui remballent.
Avant les agapes un petit tour au marché voisin , coloré lui aussi…

Demain il faudra prendre la route.

)

*


7 commentaires

  • vallet a écrit :

    Toujours une belle écriture , j’ai vu aussi une jolie aquarelle
    Prenez soin de vous
    KiKi

  • Anne-Marie Vallet a écrit :

    michele et arlette ne peuvent pas ouvrir ton site

  • Anne-Marie Vallet a écrit :

    bonjour, je n’arrive pas à ouvrir le dernier récit!!!

  • Marie france a écrit :

    Coucou …. vous êtes à pied d’œuvre dans votre tour italien … profitez bien du soleil et des jolies rencontres !!!!

  • Pauline a écrit :

    Belle balade sonore et parfumée.
    Je me souviens de l’émotion laissée en moi par l’Etna quand je l’ai aperçu la première fois. Je ne pouvais plus le quitter des yeux.
    Bonne idée, le restau !
    Zétaient cuites, les pâtes ? Au fait, avez-vous solutionné votre problème de réchaud ?
    Bonne route. Amitiés.

  • Annick Bernard a écrit :

    Un régal tous ces commentaires..
    Le marché de Catane m avait laissé un très grand souvenir..
    Les normes européennes n y parviennent pas !
    A Bellegarde rien de bien spécial. .
    Bonne route
    Gros bisous

  • Florence et Yannick a écrit :

    Coucou les cyclos ! Magnifique dessin ! On apprécie de lire le blog d’autres sacochards 🙂 Bonne route… Bises à vous deux
    Florence et Yannick (les bretzels en selle)


Les commentaires sont désactivés.