En musant…


En musant…

En Calabre le massif de la Sila, le Jura comme si vous y étiez..

Pas de photos du massif de la Sila…elles ont toutes mystérieusement disparues de l’appareil, certainement un coup de la mafia, c’est possible, elles vous auraient attirés ici tellement c’était joli et les calabrais n’ont pas l’air d’avoir envie d’être envahis par les touristes…
Donc pour résumer: des montagnes , des prairies fleuries de narcisses, des champs d’orchidées, des lacs aux eaux limpides, des oiseaux pépiant à tue tête, des forêts de sapins, de pins, de hêtres et de chênes, des torrents, bref presque le Jura.
Et cerise sur le gâteau, comme chez nous parfois au printemps de la pluie, du brouillard et du froid.
Et bien sûr des côtes. Les jurassiens comprendront, les autres nous rendront visite , ça sera mieux que les photos.
Nous avons bivouaqué dans les bois, essayant vainement de faire du feu pour sécher un peu, mais aussi dormi dans un drôle d’hôtel immense, avec plein de marbre partout où nous étions tout seuls.
D’ailleurs pendant 5 jours, on n’a vu personne…
Pas un touriste ici, les rares campings sont fermés. Mais une vraie ambiance montagne, des bords de routes propres, des chemins de randonnée balisés et des autochtones un peu plus aimables.
Le massif de la Sila, ce sera notre meilleur souvenir de la Calabre car la côte bof, bof…

Nous avons regagné la côte avec le projet de rejoindde les Pouilles en train ou en bus pour éviter la seule affreuse route qui longe le bord de mer. Il faut vous dire qu’ici on conduit le téléphone greffé à l’oreille, à toute allure, les enfants sur les genoux des parents…
Mais grosse déception, plus de trains régionaux, seulement des intercity qui refusent les vélos, et pour les bus c’est au bon vouloir du chauffeur ( comme chez nous..) et le chauffeur il n’a pas voulu!
Il a fallu regrimper un peu dans les montagnes, faire des tours et des détours poursuivis par les orages, se dépêcher pour éviter les gouttes, nous étions un peu fatigués du pays.

Mais la roue tourne et nous sommes finallement parvenus à Matera une ville située dans la province de la Basilicate , à la porte des Pouilles.
Et cette ville nous a ravis malgré les touristes ( les premiers qu’on voyait depuis 15 jours) et les hordes d’élèves en voyage scolaire, il faut simplement savoir s’y perdre et éviter les quelques points surfréquentés.

p

Matera est une des plus anciennes villes du monde. Les  » sassi » sont deux quartiers de maisons creusées, à flan de ravin, dans la roche calcaire avec souvent une façade devant bâtie avec les matériaux extraits. Les maisons sont empilées, enchevêtrées, parfois s’ étagent sur 10 niveaux, vous pouvez avoir la cheminée du voisin de dessous dans votre cour, les escaliers dégringolent , au détour des ruelles des chapelles avec des fresques bysantines ou normandes, il en a été dénombré plus de 150.

Aujourd’hui ces habitats troglodytes ne sont plus habités par la misère. Jusqu’en 1950, 18000 personnes s’entassaient là, dans des conditions effroyables, une famille de 10 personnes partageant une pièce avec les animaux, la honte de l’Italie.
Un écrivain, antifasciste, Carlo Levi, assigné à résidence dans la région, avait créé l’onde de choc en écrivant son livre  » le christ s’est arrêté à Eboli » ou il parle d’une terre abandonnée par les dieux.
Les habitants ont été évacués de force et la ville vidée.

Le cinéma s’est emparé des lieux et plusieurs films ont été tournés dans ces décors bibliques.
Et puis petit à petit Matera renait, elle a été classée au patrimoine mondial de l’unesco pour son architecture unique, son système complexe de récupération d’eau, de ventilation , son mécanisme de stockage des déchets, seule la surpopulation en avait eu raison, transformant les égouts et les citernes en habitations.
Peu à peu la vie recommence ici, désormais il est autorisé à revenir y habiter, espérons que le lieu ne devienne pas qu’un musée à ciel ouvert.
Matera sera la capitale européenne en 2018.

*

(


3 commentaires

  • Veloescargot a écrit :

    Allez les italiens, les siciliens, les calabrais…Rejoignez la lutte de CCI et de tous les cyclo-voyageurs gaulois =
    Voir l’intervention (1er Mai) d’Anne Guégan sur le Forum « Places vélos supprimées » et la lettre adressée à Monsieur Pépy, PDG de la SNCF
    L-Pépy Grand Est.pdf
    Train et Vélo copains, ça doit pouvoir se faire !
    Vos récits sont vivifiants, j’imagine vos découvertes, je ferme les yeux un instant, j’accroche une sacoche à l’arrière de mon vélo et je descends acheter mon pain à Matéra
    Véloescargot

    Répondre
  • CHANTAL Panisset GaLLY a écrit :

    Décidément il fait mauvais un peu partout ….en tout cas comme c’est beau !belle continuation .
    😆

    Répondre
  • Anne-Marie Vallet a écrit :

    encore une belle description accompagnée de superbes photos. bonne journée. Aujourd’hui je vais coudre car il pleut avec une température à 6°…bonne route

    Répondre

Laisser un commentaire