En musant…


En musant…

Le sage parle parce qu’il a quelque chose à dire, le fou parce qu’il a à dire quelque chose  » Platon »

Nous partîmes du joli port de Gythio, sachant que l’étape du jour se classait catégorie 2, pour les néophytes qui ne regardent pas le tour de France, ça signifie un peu de sueur à écouler…Nous ronchonnons quand ça grimpe mais une grosse bosse en vue et les mollets nous démangent d’aller voir l’envers du décor.
Plus simplement nous avons compris que dans le Pėloponnèse, impossible d’échapper aux montagnes sinon prendre un bateau ce que nous ferons bientôt!


Départ au petit matin, le soleil sur les tagètes qui culminent à 2407 m.

Le col était perché à 1200 mètres mais nous partîmes à la fraiche dans un beau vallon qui nous rappela les gorges de l’Hérault au- dessus de Saint Guilhem le Désert mais sans la rivière. La route fut tranquille comme toujours, quelques rares pick- up des paysans qui allaient s’occuper de leurs oliviers ou de leurs chèvres. D’ailleurs il n’y a jamais personne sur les routes, nous pensons que les grecs ne roulent plus à cause du prix de l’essence qui est le même qu’en France alors que le salaire minimum est moitié moins élevé..

Le col franchi sans trop de difficultés, un adorable village, Kosmas, nous attendait avec sa place ombragėe de platanes centenaires.Il faisait bon, les vieux aux terrasses égrennaient leur kolomboï, attendant le passage du temps.
Nous fîmes quelques emplettes dans une boutique hors d’âge, servie par une mamie hors d’âge elle aussi. Bon, elle nous arnaqua un peu, enfournant dans un sac, sans pesée, 2 tomates, 2 oranges et un bout de pain pour 3 euros, mais avec un tel air malicieux qu’ on lui pardonnat bien vite. Elle nous salua d’un étonnant  » Miterrand Kaputt » , geste à l’appui. Comment avait elle deviné notre origine?


Quelles routes faut il suivre?


Et qu’allons nous manger?

La récompense de l’effort fut là, longue descente sinueuse au milieu des sapins puis des pins pour finir le long d’une gorge où le lit de la rivière à sec était tapissėe de lauriers roses et nous retrouvâmes la mer à Plaka.
En chemin, agrippé à la falaise tel un nid d’aigles, le monastère d’Elonis. Un panorama grandiose, un lieu de silence et de solitude, un moine somnolent…
Nous avons constaté que la religion est omni présente. Le dimanche les églises fort bien entretenues se remplissent de fidèles, les gens se signent beaucoup, les popes, toujours bien bedonnant sont sur le terrain, comme dit Michel » au moins ils s’occupent de leur business… »

A Nafplio, vieille cité portuaire, romantique mais un peu trop bien léchée et fort fréquentée je visitai le musée du kolomboï. J’y découvris toute l’histoire de ce petit chapelet. Ce sont des perles enfilées sur un cordon fermé par un pompon. On les fait librement glisser sur le fil une à une, à son rythme ou on les fait tourner produisant un tintement. Ce sont presque exclusivement les hommes qui l’utilisent. Pour quel usage: pas de signifacation religieuse ici, plutôt un exutoire tranquille à la nervosité, pour évacuer le stress, la manipulation est trés sensuelle. C’est pour cela qu’il faut bien choisir les perles aux matières, couleurs, textures et tailles fort diverses.
Il en existe de trés anciens et précieux.
Mais ce qui m’a fasciné et que j’ai appris c’est l’universalitė cet objet. En effet dans les traditions religieuses des catholiques, musulmans, boudhistes et hindouistes, on retrouve ce système de perles enfilées que l’on manipule. Et de nombreuses perles ont été trouvées dans des sites préhistoriques sans que l’on connaisse leur usage.

0


Les vieilles rues de la ville

Nous ne pouvions éviter Epidaure et son théâtre pratiquement intact. Contrairement à nos apréhensions, pas grand monde et ce fut un bonheur de s’assoir sur les gradins, imaginant la voix de la Callass chantant Norma mais aussi celle de nombreux amis, membres de chorales,qui nous enchantent souvent.

(
Arrivée sur l’ile de Porós

J’ai oublié de vous dire que comme nous ne sommes pas chargés!!!! nous transportons une bouteille d’ouzo. Tous les soirs, nous trouvons eau fraiche au camping, et le petit apéro, acompagné d’olives grecs nous remetbien vite de notre fatigue…


Pas mal les campings pieds dans l’eau?


6 commentaires

  • Chantali a écrit :

    Depuis la Bretagne, baie d’Audierne, un petit coucou arrosé, non d’ouzo, mais de cidre. Le soleil est avec nous et les quelques gouttes ne nous ont pas ennuyés . Bien envie de me mettre sérieusement au Velo ! Allez, racontez nous encore …… Bises

  • Pauline a écrit :

    Toujours du bonheurà lire vos ressentis, vos découvertes et votre humour délicat.
    Les photos viennent juste un peu illustrer vos écrits mais souvent, tout est dit et laisse place à mon imagination.
    Douleurs des montées si raides pour conclure sur le plaisir du farniente les pieds dans l’eau…du vrai cyclo-camping !
    Bonne route et bonnes relaxations.
    Amitiés cyclotes.

  • Fichant a écrit :

    Je lis avec un grand plaisir votre aventure.
    Je sillonne le Périgord noir en ce moment, avec une tendance orageuse dépassant l’imagination.
    Bonne route à vous et à bientôt pour échanger sur ce voyage magnifique.
    Serge

  • Huguette et Daniel Moreau a écrit :

    Kalispera,

    C’est toujours avec impatience que nous attendons tes commentaires , Régine, et les aquarelles de Michel. Et on se régale dès qu’ils arrivent. Toujours beaucoup de précision dans l’évocation de l’histoire locale ou de vos sensations. On y retrouve de vieux souvenirs d’il y a 30 ans et on n’a pas l’impression de grands changements dans l’ambiance des petites villes ou des villages, mais ce n’est peut-être qu’une impression. Les Grecs ont vu leurs conditions de vie se dégrader terriblement depuis plusieurs années et ils sont probablement plus soucieux qu’autrefois.
    En tout cas, vous savez apprécier le charme des paysages méditerranéens même s’ils vous font souffrir parfois…
    Continuez à nous faire voyager avec vous, sans pédaler !

    Bises à vous deux.

  • Anne-Marie Vallet a écrit :

    merci pour ce moment de rêve. bises à vous deux

  • Annick Bernard a écrit :

    Merci Régine pour ce joli compte rendu er toutes ces jolies photos
    Profitez bien
    On vous embrasse mille fois


Les commentaires sont désactivés.