En musant…


En musant…

Archives par catégories

De Catane à Agrigente, la Sicile du centre

Nous décidâmes de partir à la découverte de la Sicile du centre, choix ambitieux car nous fûmes confrontés tout de suite aux dénivelés conséquents et à une rudesse certaine. En effet cette Sicile là est belle, sauvage, peu peuplée mais si pauvre d’où un voile de tristesse enveloppant ses richesses qu’elle ne semble pas avoir les moyens d’entretenir.
Les routes souvent défoncées, les ordures partout au bord des routes, dans les villes des palais délabrés, des maisons abandonnées ou des chantiers abandonnés… Nous n’avons jamais vu des travaux d’entretien des routes…

Michel dit » » ça passe!! » »

Donc, le premier jour, en route pour contourner l Etna , qui s’élève majestueux, dominant les plantations d’orangers, d’amandiers,
les vignes. Les buissons de mimosa, énormes, qui commencent à passer jalonnent la route. Le soir venu, impossible de trouver un endroit pour planter la tente, nous cherchons vainement un endroit plat et surtout propre. Mais notre bonne étoile clignote. Enza et Francesco stoppent leur voiture et nous offrent de les suivre et de nous installer dans leur jardin. Bon il a fallu pédaler sec, en montée, pendant 2 km pour les suivre mais nous étions contents, la nuit arrivait. Nous sommes repartis le lendemain avec des citrons et des amande. Nous étions rassurés, les siciliens n’allaient pas nous laisser tomber!

Nous avons la surprise aussi de traverser des champs d’artichauts, nous croyions que ça ne poussait qu’en Bretagne et aussi des arbres que nous ne connaissons pas. ( des néfliers? aidez nous!)

Pour le moment pas trop de chiens en liberté, on les entend juste japper derrière les grilles ou la nuit. Il faut dire qu’ici, on semble avoir le sens de la propriété tout est clos et cadenassé!
Après ce petit tour dans les montagnes descente sur Agrigente au Sud..


,

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

Catane

Enfin des nouvelles, une tablette qui ne voulait plus s’allumer et nous voilà bien dans l’embarras…Sans trop y croire, nous poussons la porte d’une petite boutique et là miracle, en cinq minutes, le problème était détecté, traité et tout ça avec le sourire!
Donc reprenons.

Un dicton populaire l’affirme:  »lorsque le volcan éternue, Catane tremble ». Détruite 9 fois, comme le phénix, elle renaît des cendres que l’Etna son voisin s’obstine à lui expédier de temps en temps. Ne pas oublier que ce géant, patrie des cyclopes et atelier de Vulcain est un des plus actifs et des plus dangereux de la planète. Aujourd’hui nous n’avons pas à nous inquiéter, doucement enneigé, il crache une fumée blanche, il paraît que c’est bon signe.

Nous avons déambulé dans les rues pavées de lave noire, renonçant bien vite à nous arrêter devant chaque église ou monastère, la liste en est longue comme un jour sans pain. Ici Dieu vous tend les bras à chaque coin de rue. Mais sur la piazza du Duomo, nous ne pouvions éviter de rentrer dans la cathédrale, bâtie en souvenir de Sainte Agathe, martyre du 3ème siècle. Ne voulant pas céder aux avances d’un méchant romain, celui-ci lui a tranché les seins…Mais il fallait bien un peu de profane pour honorer la mémoie de cette héroïne.
Aujourd’hui , on se régale des  » minuzzadi san’agata », douceurs suggestives , un peu trop sucrées et écoeurantes pour moi!
Dans la cathédrale, Bellini le compositeur de  »la Norma » et natif de Catane y a trouvé le repos éternel.
Et là aussi , Dieu nous tend les bras mais cette fois de manière plus concrète. Au fond de la nef, un tas impressionnant de matelas: pour les sans logis, les migrants? Nous n’avons pas osé demander.

.)

A Catane, le matin, nous ne pouvions pas éviter le marché aux poissons, un des plus beaux de Sicile, un régal pour les yeux, les narines et les oreilles.Des bacs, des seaux, des gamelles pleines de bestioles qui grouillent et s’agitent. Ça dégouline de partout, ça coule. L’odeur de la marée emplit les narines. On s’harangue, on s’invective, on se hèle, on essaie de convaincre le chaland. L’argent passe de mains en mains et s’entasse dans de simples sacs en plastique. Et là, on déroge à nos bonnes résolutions, alors ce sera un petit resto pour goûter à ces bonnes choses au milieu des pêcheurs aux trognes incroyables qui remballent.
Avant les agapes un petit tour au marché voisin , coloré lui aussi…

Demain il faudra prendre la route.

)

*

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

A la recherche du printemps…

C’est décidé, nous partons demain. La froidure de ces derniers mois aura eu raison de notre moral. Le poële a beaucoup ronflé, il a fallu refendre du bois. La nature semble encore hiberner, quelques fleurs pointent bien leur nez mais nous n’avons pas encore vu les mésanges affairées à construire leur nid.
Alors ce sera la Sicile, puis la Calabre , les Pouilles et le Peloponnèse, nous allons réviser nos classiques…Après nous ne savons pas…
Michel emballe les vélos, la vieille balance est utile. Mais nous sommes toujours aussi chargés, voyager léger est un concept qui nous fait rêver mais nous n’avons pas encore trouver la recette ….

Photo prise samedi juste audessus de la maison

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

bonjour…

Le départ se précise…
Je viens d’installer la nouvelle version de word press! Je ne maitrise pas tout !! Désolée pour mes fidèles abonnés qui reçouvent des messages bizarres, je m’emploie à remédier à tous ces problèmes, à bientôt

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

Cataluña

Le ferry nous a débarqués au petit matin sur les quais de Barcelone mais nous abordions la Catalogne sous un ciel chagrin, lourd de nuages prêts à crever, un petit vent biset nous a obligées à bien vite sortir des sacoches les vêtements chauds, le soleil des îles nous avait abandonnés.
Sortir de cette grande ville fut aisé, 15 km de pistes cyclables le long de la mer, bien sûr il fallut accepter d’être arrosés par les embruns, la mer se montrait agitée.
La suite fut un peu plus compliquée , nous devions trouver des petites routes, rares, et ce fut parfois des chemins où nous nous sommes même ensablés.

A Canet de Mar un camping bienvenu et bien tenu nous a accueillis, les propriétaires se montrant charmants et compatissants. En effet le lendemain une grosse pluie froide s’est abattue toute la journée et un feu de cheminée fut allumé juste pour nous,et cerise sur le gâteau, une machine à laver et un sèche linge ont chassé crasse,humidité et morosité.

1070009

Le soleil a daigné réapparaître et nous avons enfin quitté cette portion de côte trés urbannisée et circulante. Ce fut une étape superbe sur une route en balcon, de petites criques en promontoires jusqu’à Tossa de Mar. Encore de nombreux cyclistes ici mais cette fois c’était des suisses fort sympatiques et même bavards.

A Sant Feliu de Guixols ( un nom que je n’arrive toujours pas à prononcer) nous avons rencontré la voie pyrenexus. Cette boucle cyclo , projet franco espagnol fait le tour de la Catalogne traversant la frontière. Nous fûmes enchantés de notre choix. Cet itinéraire emprunte des petits chemins agricoles, dans l’arrière pays, traversant des cultures de pommes, de riz, des vignes, effleurant de beaux villages médiévaux avec quelques incursions au bord de la mer. Mais nous avons été contents d’avoir nos vélos avec des pneus de vtt, le chemin n’étant pas toujours bien compacté.

1070027
1070010
1070025
1070135

Nous sommes passés à l’Escada, endroit stratégique pour les grecs qui y ont accosté , preuve en est les magnifiques vestiges bien conservés d’un port immense.Et c’est pourquoi l’endroit fut choisi symboliquement pour accueillir la flamme olympique lors des jeux de Barcelone en 1992.
Puis ce fut Castello d’Empuries qui fut la capitale médiévale de l’Emporda et qui conserve de beaux témoignages de cette époque mais quel choc quand nous arrivâmes en bord de mer à quelques kilomètres, une des marinas les plus vastes du monde, des immeubles hideux, un camping plein de touristes antipathiques qui passent là 6 mois de l’année ( je ne vous avouerai pas leur nationalité!), une sale bonne femme m’a même dit que je n’avais qu’à retourner chez moi, j’avais seulement élevé une objection quand elle a fait faire leurs besoins à ses trois chiens à côté de notre tente!
Pour effacer cette laideur, une mer et un ciel magnifiques et des kit-surf, voiles au vent.

1070042(0)z
1070120
1070123

Nous ne pouvions pas laisser Figueres de côté, une petite visite au théâtre-musée de Dali a ravi Michel qui est un admirateur fervent.Nous sommes aussi pour maintenir les traditions, alors après avoir fait nos Pâques nous avons aussi célébré le 1 mai!
1070060
1070113

1070109

Les Pyrénées tout enneigés se rapprochaient et il fallut bien les escalader par un de leur passage les plus historiques… Hannibal et ses éléphants, les romains avec Pompée, les pélerins, et surtout les centaines de milliers d’espagnols chassés par cet abominable dictateur, à La Jonquera le musée de l’exil rappelle cet affreuse histoire.
1070172
1070180

On ne vous cache pas que l’étape fut rude, une piste raide , mouillée et bien sableuse nous a obligés à souvent mettre pied à terre et pousser les vélos. Nous avons atteint le col de Panissar, lieu de partage des eaux, témoignage de toute cette histoire passée, au sommet les ruines d’un prieuré construit sur des ruines romaines, un fort Vauban, un vieux cimetière militaire émouvant..
1070175

Puis ce fut la descente sur la France jusqu’à Brouilla où nous attendait une ancienne gare, une amie, un bon repas et un bon lit….
1070196

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.