En musant…


En musant…

Cataluña

Le ferry nous a débarqués au petit matin sur les quais de Barcelone mais nous abordions la Catalogne sous un ciel chagrin, lourd de nuages prêts à crever, un petit vent biset nous a obligées à bien vite sortir des sacoches les vêtements chauds, le soleil des îles nous avait abandonnés.
Sortir de cette grande ville fut aisé, 15 km de pistes cyclables le long de la mer, bien sûr il fallut accepter d’être arrosés par les embruns, la mer se montrait agitée.
La suite fut un peu plus compliquée , nous devions trouver des petites routes, rares, et ce fut parfois des chemins où nous nous sommes même ensablés.

A Canet de Mar un camping bienvenu et bien tenu nous a accueillis, les propriétaires se montrant charmants et compatissants. En effet le lendemain une grosse pluie froide s’est abattue toute la journée et un feu de cheminée fut allumé juste pour nous,et cerise sur le gâteau, une machine à laver et un sèche linge ont chassé crasse,humidité et morosité.

1070009

Le soleil a daigné réapparaître et nous avons enfin quitté cette portion de côte trés urbannisée et circulante. Ce fut une étape superbe sur une route en balcon, de petites criques en promontoires jusqu’à Tossa de Mar. Encore de nombreux cyclistes ici mais cette fois c’était des suisses fort sympatiques et même bavards.

A Sant Feliu de Guixols ( un nom que je n’arrive toujours pas à prononcer) nous avons rencontré la voie pyrenexus. Cette boucle cyclo , projet franco espagnol fait le tour de la Catalogne traversant la frontière. Nous fûmes enchantés de notre choix. Cet itinéraire emprunte des petits chemins agricoles, dans l’arrière pays, traversant des cultures de pommes, de riz, des vignes, effleurant de beaux villages médiévaux avec quelques incursions au bord de la mer. Mais nous avons été contents d’avoir nos vélos avec des pneus de vtt, le chemin n’étant pas toujours bien compacté.

1070027
1070010
1070025
1070135

Nous sommes passés à l’Escada, endroit stratégique pour les grecs qui y ont accosté , preuve en est les magnifiques vestiges bien conservés d’un port immense.Et c’est pourquoi l’endroit fut choisi symboliquement pour accueillir la flamme olympique lors des jeux de Barcelone en 1992.
Puis ce fut Castello d’Empuries qui fut la capitale médiévale de l’Emporda et qui conserve de beaux témoignages de cette époque mais quel choc quand nous arrivâmes en bord de mer à quelques kilomètres, une des marinas les plus vastes du monde, des immeubles hideux, un camping plein de touristes antipathiques qui passent là 6 mois de l’année ( je ne vous avouerai pas leur nationalité!), une sale bonne femme m’a même dit que je n’avais qu’à retourner chez moi, j’avais seulement élevé une objection quand elle a fait faire leurs besoins à ses trois chiens à côté de notre tente!
Pour effacer cette laideur, une mer et un ciel magnifiques et des kit-surf, voiles au vent.

1070042(0)z
1070120
1070123

Nous ne pouvions pas laisser Figueres de côté, une petite visite au théâtre-musée de Dali a ravi Michel qui est un admirateur fervent.Nous sommes aussi pour maintenir les traditions, alors après avoir fait nos Pâques nous avons aussi célébré le 1 mai!
1070060
1070113

1070109

Les Pyrénées tout enneigés se rapprochaient et il fallut bien les escalader par un de leur passage les plus historiques… Hannibal et ses éléphants, les romains avec Pompée, les pélerins, et surtout les centaines de milliers d’espagnols chassés par cet abominable dictateur, à La Jonquera le musée de l’exil rappelle cet affreuse histoire.
1070172
1070180

On ne vous cache pas que l’étape fut rude, une piste raide , mouillée et bien sableuse nous a obligés à souvent mettre pied à terre et pousser les vélos. Nous avons atteint le col de Panissar, lieu de partage des eaux, témoignage de toute cette histoire passée, au sommet les ruines d’un prieuré construit sur des ruines romaines, un fort Vauban, un vieux cimetière militaire émouvant..
1070175

Puis ce fut la descente sur la France jusqu’à Brouilla où nous attendait une ancienne gare, une amie, un bon repas et un bon lit….
1070196

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

majorque

Ici, c’est le royaume du vélo.
Par centaines ils débarquent de toute l’Europe, moulés dans des tenues bigarrées mais pas trop affriolantes, juchés sur des montures miracle de haute technologie (avouons cependant que nous envions leur légèreté…), nez dans le guidon, bidon empli de liquide de couleur parfois étrange. Ils ou elles ( étonnant le nombre de filles) pédalent, sérieux, concentrés, avalent les côtes, négocient les virages comme des professionnels qu’ils sont souvent.Certains nous encouragent, pouce levé, d’autres nous frôlent d’un peu trop près, ils n’ont pas fait attention à la largeur de nos sacoches! Et nous aussi, nous nous échinons sur nos engins, grimpons les mêmes cols mais quel bonheur de filer comme des flèches dans le vent des interminables descentes.

L’intérêt de cette déferlante cyclopédique, c’est l’état des routes, excellent, mais surtout et enfin, la soumission des voitures qui ne règnent plus en maître, restent bien sagement, sans impatience et parfois de grands moments derrière les cyclistes avant de doubler.Nous apprécions et savourons cette revanche.

Nous avons donc pédalé de l’extrême ouest au cap Formentor, à l’extrême ouest à Andratx avant de rejoindre Palma, traversant la sierra de Tramuntana, sierra au relief trés abrupt et accidenté qui a gardé son authenticité. Les routes y sont tortueuses, parfois en balcon, laissant le regard s’échapper à la découvertes de calanques sauvages aux eaux bleu lagon, ( où nous renonçons à descendre , ne voulant pas ajouter un gros dénivelé à un parcours déjà bien engagé…)
1060959_1493297083607_5
1060903_1493281465787_4tmp_31965-1060771_1493297130208_41611583029

Mais bien d’autres petits villages, plus discrets, nous enchantent, nichés au creux de vallons verdoyants, cernés de vergers de citronniers et orangers ( hum.. l’odeur des fleurs..), les pentes stiées de terrasses soutenues par des murs de pierre sèche, un savoir faire séculaire d’irrigation, initié par les maures avant la reconquête aragonnaise.

Nous avons beaucoup aimé la petite bourgade de Sollers et son tramway en bois centenaire qui traverse la place au milieu des terrasses. La visite de « can prunera » une maison style art déco nous a permis de découvrir la réussite de ces commerçants qui ont fait fortune grâce à l’exportation d’agrumes avec la France à l’aube du vingtième siècle. Ils sont revenus , ramenant ces nouvelles idées dans l’art, l’architecture, le mobilier, la peinture.
Nous retrouverons à Palma de nombreux témoignages de ce courant artistique.

1060853_1493282661565_1

A part cette découverte de la sierra tramuntana, notre seule halte dans le sud nous a plongé en Allemagne, tout est écrit en allemand , même plus en castillan ou catalan, des mets allemands dans les boutiques,des hôtels allemands, des guten tage et des allemants partout. bref aucun intérêt, nous n’avons pas choisi de visiter ce pays lors de ce périple!
1060976_1493297173505_4
tmp_31965-1060886_1493297173956_5-855566973
tmp_31965-1060771_1493297130208_41611583029

Nous allons prendre un ferry pour Barcelone et poursuivons le voyage, empruntant un peu plus au nord, la voie pirinexus créée pour les vélos.

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

Minorque

Une nuit dans le ferry où nous avons tenté de dormir malgré les aboiements des chiens enfermés dans des cages , ces bêtes poursuivent vraiment les cyclistes partout…, et nous voilà au petit matin débarqués à Mahon la  » capitale » de l’île. Nous sommes déjà ailleurs, les couleurs des maisons, le bleu de la mer , du ciel, les palmiers , les fleurs.. premier arrêt pour un petit déjeuner et première découverte culinaire: les ensaïmadas, pâtisserie feuilletée montée en spirale, saupoudrée de sucre fin et parfois fourrée de crème.

1060662

Nous sommes à Menorca, la petite, plus préservée, plus sage, plus à l’écart des de l’eldorado touristique de sa grande soeur, classée réserve mondiale de la biosphère. Nous pédalons jusqu’au seul camping ouvert , d’ailleurs il n’y en a que deux, nous explorerons ce confetti en étoile. Peu de route mais des petits chemins , les  »camis » qui se faufilent entre des kilomètres de murs en pierre sèche soigneusement entretenus pour se préserver de la terrible tramontane vent glacial qui vient du nord. On s’est laissé dire que mis bout à bout leur longueur atteindrait Tokyo…

1060616

 

 

 

1060625(0)

1060646

 

Ces sentes sont parfois bien ardues, il faut pouser , porter, tirer, nous nous découvrons des âmes d’aventuriers mais comme on dit  » ça en vaut la peine!!  » Nous avons trouvé des petites calas aux eaux turquoises, encore fraiches pour la baignade, et vierges de toute construction. Beaucoup de champs  cultivés, l’île est restée trés agricole et nous n’avons pas résisté à la visite d’une finca pour acheter le fameux fromage de Mahon massé à l’huile d’olive et aux piments et aussi du bon vin. Michel a complété avec du saucisson!

106065110606501060604

106047610604901060485

1060492 1060494

Rassurez vous, nous ne pensons pas qu’aux nourritures terrestres.Nous cultivons les spirituelles et les intellectuelles. Nous avons fait nos pâques en assistant , recueillis, à la procession du vendredi saint. Beaucoup de monde, de solennité , une musique un peu lugubre, les lumignons mais curieusement pas de prières..

1060538 10605331060514

1060564

Nous découvrons les vestiges mystérieux d’une vieille civilisation mégalithique : drôles de monticules de pierres, comme des sortes de tours datant de l’âge du bronze, lieux de culte , poste d’observation?

1060629(0)

Nous avons aussi découvert que Minorque est réputée pour la fabrication des chaussures, les avarcas au design trés simple , à l’origine sandales typiques des paysans . Nous voilà  avec des pieds un peu plus élégants.

10606014

Dernier jour à Ciutadella au centre historique d’une belle unité architecturale d’où nous allons prendre un bateau pour Majorque l’île aux clichés, nous verrons bien.

1060684

1060678(0)

1060669I

1060686

 

 

 

 

 

 

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

Espagne , le retour

Parce qu’il ne faut pas rester dans un inachevé, nous voilà sur le départ… et nous retournons en Espagne! D’abord les Baléares, ensuite nous aviserons. La date de retour n’est pas fixée. Nous embarquons demain soir sur un ferry de Barcelone à Mahon , capitale de Minorque.

Nous arriverons en pleines festivités de Pâques, il parait que tout est fermé pendant 4 jours mais j’ai prévu les provisions. D’ailleurs cette année je me lance dans des expériences culinaires, j’ai même appris à faire du pain sur du feu de bois… marre de ne manger que des pâtes  » à rien » (Eric me comprendra!). Je vous tiendrai au courant de mes réussites et mes ratages.

Pour une fois nous partons avec le beau temps, plus de neige sur les hauteurs. Pourtant la neige du coucou n’est pas encore arrivée, nous y échapperons.

P1060427P1060443P1060441P1060425

 

 

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.

la feria de San Miguel à Arcos de la Frontera

Nous arrivâmes à Arcos , notre premier pueblo blanco, tout semblait désert, tout était fermé. Bizarre… Un policier de la gardia civil, que nous interrogeâmes trés poliment, nous informa que: le camping était fermé pour cause de travaux et que tout était fermé pour cause de feria.

Il fallut trouver un hôtel mais plus de place dans les hôtels pas chers indiqués dans notre bon vieux guide, alors soyons fous et prenons une chambre dans un établissement un peu plus sélect, ce sera un ancien relais de chavaux, tenu par un genevois, trés beau ( l’ hôtel pas le taulier, lui semblait un peu marlou…) ,une chambre décorée à la marocaine,un lit de 2 mètres de large, ce qui ne nous a pas empêchés de sortir le bleuet pour préparer notre thé matinal.

En route pour participer à la feria! Nous contemplâmes, pour commencer, la parade des chevaux: cavaliers et cavalières passent et repassent, fiers sur leurs montures andalouses parfaitement dressées. Ils se font longuement admirer et applaudir.tmp_7952-1050744_1475600354331_3-553854436tmp_7952-1050709_1475600354842_41384236318tmp_7952-1050781_1475600332471_32077773136

tmp_7952-1050733_1475600353558_12103318496

tmp_7952-1050711_1475600353912_2-1186705760

 

De grandes cabanes sont installées. Nous comprenions que chacune avait été décorée par des membres d’associations. Elles étaient bondées et le bruit y était indescriptible. Il fallait voir les mamies ( de mon âge ou plus) se trémousser sur des airs de madison. Dans la cabane des jeunes, une foule compacte, le verre à la main, s’agite sur la musique cubaine, entendue, l’an dernier à la fête de Baracoa, moment d’émotion….

tmp_7952-1050798_1475600332936_41152787530.

Les membres des associations mangent et boivent à volonté et gratuitement dans ces cabanes. Alors imaginez l’ambiance….

Bizarrement les 2 cabanes un peu désertes, étaient celle de la sagrada familia ( un truc catho) et celle du parti communiste, là ça discutait sérieusement et la bière n’y coulait pas flots.

J’ ai oublié de vous dire que les filles de 0 à 80 ans portent de magnifiques costumes andalous, chaussures à talons ( même les petites), les hommes tous en chemises repassées, bottes reluisantes.

tmp_7952-1050800_1475600333325_5-1725424337

tmp_7952-1050823_1475600307949_1-1382696695

tmp_7952-1050842_1475600308462_2-1417511992

tmp_7952-1050719_1475600355279_5-1604449993

Un peu plus loin, il y avait la fête foraine, beaucoup de monde là aussi.

Nous avons été conquis par cette fête, Michel était content parce que c’était aussi la sienne!

Nous visitâmes quand même Arcos, beau village et nous constatâmes que seuls quelques touristes erraient, appareil photo en bandoulière, tout le village participait bien à la feria…

 

 

 

Lire les commentaires


Les commentaires sont désactivés.